PRODUISONS, CONSOMMONS, RÉINVENTONS


Madame la candidate / Monsieur la candidat, 

L’heure est à l’action. Face à l’urgence environnementale, sociale et économique, je souhaite vous inviter à prendre des mesures ambitieuses et structurantes pour notre avenir. Nous voulons des décisions concrètes et obligatoires, non des déclarations d’intention. Les solutions aux enjeux de notre siècle existent, elles ne demandent qu'à être généralisées.

J’aimerais attirer votre attention sur un sujet qui m’importe énormément : l'établissement de modes de consommation et de production compatibles avec les limites physiques de la planète.  

Si la mondialisation a pu entraîner à court terme une hausse du pouvoir d'achat de certains, aujourd’hui elle est synonyme de destruction massive de la richesse économique et sociale. Deux millions d'emplois ont été perdus en 20 ans et la qualité des biens consommés s'est dégradée. Nous avons désindustrialisé la France et perdu la plupart de nos commerces qui sont à l’agonie. Le modèle économique de production et de consommation choisi par la plupart des entreprises, administrations et des consommateurs aisés de notre planète a pour conséquence l’épuisement drastique des ressources naturelles et la dégradation des conditions de travail, sans parler des problèmes de santé. Il est essentiel de réintégrer les lésés de la mondialisation : les consommateurs aspirent à consommer mieux, les producteurs à produire mieux en étant justement rémunérés.
 
Il est temps de les aider pour enfin sortir d’une société consumériste. Et les solutions existent déjà

Pour garantir une production durable et respectueuse de l’humain, il est urgent de mettre en place de lois structurantes permettant de donner le bon signal, de la prévisibilité, aux entreprises pour favoriser les comportements vertueux et décourager les pratiques néfastes très coûteuses pour les finances publiques. Il faut que dès 2022 toutes les aides publiques respectent les droits fondamentaux et une trajectoire de neutralité carbone (crédits impôts, participations financières, etc), et au plus tard en 2025 pour les investissements privés. Les statuts d’entreprises à mission et d’entreprise solidaire d'utilité sociale (ESUS) constituent des initiatives intéressantes sur lesquelles construire un cahier des charges harmonisé devant s’appliquer à toutes les entreprises. 

Pour assurer une production de qualité, il nous faut imposer un nouveau mode comptable : la comptabilité en « triple capital ». Intégrer les facteurs sociaux et environnementaux dans les bilans est le seul moyen pour les entreprises de renforcer leur modèle économique en faisant des choix stratégiques qui réduisent leur dépendance aux ressources naturelles et humaines. Un bilan global déficitaire implique une taxe proportionnée dont les fonds sont immédiatement réinvestis dans les entreprises vertueuses. 

Il est urgent de casser le mythe de l’écologie et du social qui coûte cher, car c’est l’inverse. On va droit dans le mur tout en perdant du pouvoir d’achat. Un produit de mauvaise qualité sera à remplacer plus souvent alors, nous devons afficher le prix d’usage (qui prend en compte la durée de vie) des produits. Aussi, il est essentiel que les Analyses de Cycle de Vie de tout produit et service mis sur le marché soient conformes à des critères ambitieux sanctionnés par l’ADEME. Cette méthodologie sert de base à l’affichage obligatoire des impacts sociaux et environnementaux des produits et services. 

Pour privilégier l’usage à la propriété et éviter la surconsommation, il faut encourager les initiatives de location et de partage des biens par une mise à disposition orchestrée dans des lieux ou sur des plateformes d’intérêt public (exemples : voitures, poussettes, logement …). Le secteur publicitaire doit interdire les campagnes pour les produits les plus néfastes en assurant des sanctions sévères pour toute tentative de social et greenwashing, et participer activement à l’inversion du récit en promouvant les activités à impact positif. 

Pour lutter contre le gaspillage, favoriser le réemploi et enfin entrer dans l’air de l’économie circulaire, il faut appliquer une baisse de TVA à 5,5 pour les produits issue de matériaux recyclés et réemployés. Il est aussi crucial d’étendre la garantie légale à cinq ans pour l'électroménager et les appareils numériques, et d'introduire une garantie de réparabilité de minimum dix ans pour l'électroménager. Le principe d’obligation de mise à jour logiciel doit être strictement encadré pour pouvoir continuer à utiliser un appareil aussi longtemps qu’il fonctionne. 

Madame la candidate / Monsieur candidat, envisagez-vous de porter ces mesures dans votre programme ? 

J’espère avoir attiré votre attention et vous serais extrêmement reconnaissant/e de me livrer votre position à ce sujet. 

Veuillez agréer, Madame / Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués

< Retour aux courriers

J'agis maintenant, je signe pour ce qui compte pour moi

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Je suis :

BRAVO ET MERCI !


Une voix de plus pour ce courrier ! 
L’engagement de tous fait le changement de demain !

Rejoins le groupe Greenvox sur Facebook pour suivre toutes les actualités du mouvement !

Rejoindre le groupe Facebook

Et aidez-nous à obtenir plus de voix en partageant sur les réseaux sociaux !

"Le Projet de Loi Climat est en train d’être décidé - c’est notre dernière occasion de faire pression sur les politiques de la présidence Macron pour qu’ils répondent enfin à l’urgence économique, sociale et écologique qui nous impacte au quotidien ! 

J’ai donc décidé d’agir en signant une lettre destinée à mon / ma député.e pour qu’il / elle rehausse l’ambition de ce projet de loi  !  Les courriers sont déjà rédigés sur les sujets qui nous touchent le plus, il ne reste qu’à signer - je vous invite donc tou.te.s à avoir un vrai impact en quelque clics"

Tu veux défendre localement ces thématiques et ces courriers ?

Rejoins nous en remplissant ce formulaire !



Oup's ! Nous n'avons pas reçu votre signature, avez-vous rempli tous les champs ?