FORMER UNE GÉNÉRATION RESPONSABLE


Madame la candidate / Monsieur le candidat,

L’heure est à l’action. Face à l’urgence environnementale, sociale et économique, je souhaite vous inviter à prendre des mesures ambitieuses et structurantes pour notre avenir. Nous voulons des décisions concrètes et obligatoires, non des déclarations d’intention. Les solutions aux enjeux de notre siècle existent, elles ne demandent qu'à être généralisées. 

J’aimerais attirer votre attention sur un sujet qui m’importe énormément : la promotion d’une éducation et de formations professionnelles sociales et environnementales.  

Face à la multiplication des crises (économique, climatique, sociale, sanitaire…), les jeunes se saisissent des luttes sociales et écologistes et de plus en plus d’actifs se reconvertissent vers des métiers du secteur solidaire. L’éducation est donc au cœur de la transition sociale, écologique et démocratique. Les citoyens ont droit à une éducation leur donnant les outils pour s’engager activement dans la construction d’un nouveau modèle de société. Des élèves d’aujourd’hui aux travailleurs de demain, vous avez le devoir de former une génération responsable

Pour un enseignement à la hauteur des défis contemporains, les solutions existent déjà : 

Un système éducatif qui évolue avec son temps. Cette évolution doit se traduire par l’introduction des enjeux sociaux, écologiques et démocratiques dans les formations professionnelles et l’enseignement général. Il faut faciliter le dialogue entre les matières enseignées par un soutien aux passerelles entre filières et de l’'insertion matières interdisciplinaires sur le développement durable, la santé, la démocratie et la citoyenneté. Pour un Grenelle de l’éducation plus pertinent, nous suggérons le recours à des propositions ascendantes grâce à des comités de réflexion au sein des établissements, au sein des académies et à l’échelon national, notamment pour répondre aux besoins d’orientation et d’élaboration des programmes. 

Une revalorisation du métier d’enseignant, en augmentant les salaires et en innovant dans la façon d’enseigner et d’apprendre. En passant par une hausse des moyens accordés aux établissements d’enseignement et des pédagogies innovantes, en s’inspirant de celles utilisées dans les pays nordiques notamment (programmes décentralisés et élaborés dans chaque école en accord avec les lignes stratégiques de l’éducation nationale, fin de la hiérarchie entre les filières). Une approche horizontale de la relation enseignant-élève, axée sur le partage d’expérience et des méthodes participatives et collaboratives, doit être privilégiée. Il faut des formations spécifiques délivrées en continu au corps enseignant dans des domaines tels que l’écologie, la solidarité et la démocratie. 

Des élèves formés à la responsabilité sociale, terreau de l’intelligence collective pour construire une société démocratique. Les formations en alternance ont des avantages avérés en termes de taux d’emploi : acteurs du privés comme élèves bénéficieront de liens renforcés entre l’école et les entreprises, notamment en mettant en valeur les cursus professionnels. Il faut encourager les jeunes à se tourner vers des métiers indispensables où une politique d’investissement massif doit être lancée (exemple : la santé, l’accompagnement aux personnes âgées, la lutte contre la précarité …). Enfin, la formation de l’ensemble de la population doit avoir pour objectif le vivre ensemble (formations à la lutte contre les discriminations raciales et contre les inégalités femmes-hommes, respect des LGBTQI+ et de toutes les confessions). 

Rediriger la formation et l’embauche vers les secteurs durables, pour harmoniser les compétences avec les besoins de l’économie et de la société. Pour une transition réellement juste, ces changements structurels doivent être prévus dès aujourd’hui, en identifiant les zones et industries à haut degré d’émission et financer en amont la reconversion de leurs employés, et en particulier ceux les moins qualifiés, plus vulnérables aux fermetures. Les accompagner, c’est non seulement favoriser l’acceptabilité sociale d’une économie bas-carbone, mais aussi renforcer la compétitivité française pour les industries du futur et réduire notre dépendance à l’importation. 

Madame la candidat/ Monsieur le candidat, envisagez-vous de porter ces mesures dans votre programme ?

J’espère avoir attiré votre attention et vous serais reconnaissant.e de me livrer votre position à ce sujet.

Veuillez agréer, Madame / Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

< Retour aux courriers

J'agis maintenant, je signe pour ce qui compte pour moi

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Je suis :

BRAVO ET MERCI !


Une voix de plus pour ce courrier ! 
L’engagement de tous fait le changement de demain !

Rejoins le groupe Greenvox sur Facebook pour suivre toutes les actualités du mouvement !

Rejoindre le groupe Facebook

Et aidez-nous à obtenir plus de voix en partageant sur les réseaux sociaux !

"Le Projet de Loi Climat est en train d’être décidé - c’est notre dernière occasion de faire pression sur les politiques de la présidence Macron pour qu’ils répondent enfin à l’urgence économique, sociale et écologique qui nous impacte au quotidien ! 

J’ai donc décidé d’agir en signant une lettre destinée à mon / ma député.e pour qu’il / elle rehausse l’ambition de ce projet de loi  !  Les courriers sont déjà rédigés sur les sujets qui nous touchent le plus, il ne reste qu’à signer - je vous invite donc tou.te.s à avoir un vrai impact en quelque clics"

Tu veux défendre localement ces thématiques et ces courriers ?

Rejoins nous en remplissant ce formulaire !



Oup's ! Nous n'avons pas reçu votre signature, avez-vous rempli tous les champs ?